THEM NO GO SEE (2012)


Solo pour une danseuse, accompagnée d’un musicien

Note d’intention

Cette nouvelle pièce puisera sa source dans des textes écrits.
Ces transbordements d’écritures ou plus exactement comment j’ai directement écris et déformé ce qui m’était donné à entendre des conversations, discours, échanges confidences et autres discussions reçues de nos espaces publics, de nos sphères privées. Ce qui m’a paru Important, c’était l’interprétation immédiate que je faisais, de ce que j’entendais. Le sens et le contexte n’avaient pas ou plus d’importance mais le mot seul abandonné dans ces flots de paroles et les jeux de rebondissement de ces mots se sont rapidement installés avec leurs musicalités comme les échos de fragments de pensées. Et ainsi de nouveaux contextes naissaient. Est-il possible d’incorporer nos multiples langages, Qu’ils soient corporels, linguistiques ? Qu’en est-il du non dit ? Serait-il possible de créer la journée sans parole ? Sans acte ? Comme ces instants ou l’artiste s’éloigne de son oeuvre non pas pour l’admirer, mais pour l’améliorer, la remettre en question. Les textes, slogans publicitaires et autres interférences qui nous sont régulièrement diffusés sont-ils en accord avec ce que nous vivons ? Mais où sont donc passés nos espaces de rêve et d’expression de l’imaginaire ? Si une langue a plus de 236 manières de dire bonjour, où est la nécessité ? Et qu’elle est donc son rapport au monde, à l’autre ? Quel type de vie induit-elle ? Cette pièce traversera l’incohérence et ces facettes, les collationnera à des notions de verticalités, de mouvements dansés.

Sophiatou kossoko
Armentières le 6 décembre 2010

Conception, chorégraphie, textes : Sophiatou Kossoko
Interprétation : Sophiatou Kossoko et Philippe Foch
Assistant : Rafael Linares
Création musicale : Philippe Foch
Costume : Patricio Luengo Rodriguez
Contribution yoruba : Georges Alao
Lumières : Julien Bouzillé
Durée : 60 minutes

Production : Compagnie IGI - Coproduction Le Vivat d’Armentières, scène conventionnée - Avec l’aide à la production d’ARCADI, la Drac Centre - La compagnie a bénéficié de mise à disposition de studio au Volapük à Tours et au Centre National de la Danse à Pantin - Remerciements à l’ONDA.

SCENES
2012
Festival Vivat la Danse - Armentières
Hors Saison le rendez-vous danse ARCADI, Théâtre de la cité internationale - Paris